Les agents Enedis/Grdf en grève à Saint-Dié

Publié le Jeudi 26 Novembre 2020

À l'appel du syndicat CGT Énergies 88, une trentaine d'agents d'Enedis et de Grdf ont tenu un piquet de grève ce jeudi à Saint-Dié-des-Vosges. Un mouvement national, pour dénoncer les projets de déstructuration des entreprises historiques EDF et GDF.

Un mouvement qui dénonçait notamment le projet Hercule à EDF, prévoyant la scission du groupe en deux parties. Sa filiale Enedis pourrait alors être privatisée à hauteur de 65%. « La vente à la découpe des différentes entités des deux groupes énergéticiens historiques n’a qu’un but : livrer le service public de l’électricité et du gaz (sous l’égide de la Commission Européenne) à des intérêts privés. » déplore Hervé Piller, Secrétaire adjoint du syndicat CGT Énergies 88, dans un communiqué. Ce dernier rappelle d'ailleurs que ces services publics se sont détériorés depuis l'ouverture à la concurrence et la filialisation des services de distribution mixte avec, notamment, une hausse des tarifs.

Ce jeudi, une trentaine d'agents d'Enedis et de Grdf ont donc bloqué le site de Saint-Dié-des-Vosges afin de limiter ses activités aux seuls dépannages et mises en sécurité dans le cadre des missions de service public.

Dans son communiqué, la CGT Énergies 88 rappelle les motifs de mobilisation des agents :

  • S’opposer au démantèlement des entreprises du groupe des IEG (Industries Electriques et Gazières) favorisant la privatisation et la dégradation des missions de service public,
  • Dénoncer la privatisation des moyens de production tels que les barrages hydrauliques et militer pour un retour de cette production d’électricité pilotable, et pour le maintien des moyens de production, thermique à flamme pour le passage des hivers prochains, et nucléaire pour la réponse aux besoins permanents.
  • Militer pour que ces projets ne servent pas à ouvrir le capital d’Enedis à l’actionnariat privé et à vendre complètement le RTE, Storengy, GRT gaz ou Grdf...
  • Militer pour garantir les moyens dédiés aux missions du service public

Joint par téléphone, le Secrétaire adjoint du syndicat vosgien, Hervé Piller, assure que ce piquet de grève était un mouvement symbolique, pour rejoindre l'appel à la mobilisation nationale mais qu'il ne sera pas pour l'heure reconduit.

Crédit photo : Hervé Piller.

Anaïs Gall

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire