Bleuforêt maintient sa braderie d'automne et les clients sont au rendez-vous

Publié le Samedi 24 Octobre 2020

L'entreprise Bleuforêt de Vagney a réussi à maintenir sa braderie d'automne, en l'organisant sur deux jours. Elle a débuté vendredi avec déjà un millier de visteurs et se déroule encore toute cette journée de samedi.

Une braderie en temps normal c'est 3 000 clients. Mais depuis hier beaucoup d'habitués, malgré la crise, n'auraient pas manqué ce rendez-vous. Cette année, ils sont accueillis par le personnel avec un peu de café pour patienter, car 100 personnes maximum à la fois sont autorisées à entrer. Le gel hydroalcolique est de rigueur ainsi que le masque et l'on peut scanner les code-barres. Suivant un parcours à sens unique, les rayons des chaussettes et collants de la célèbre marque vosgienne ont été installés avec des démarques importantes de 30 à 50%.

 

Bleuforêt propose deux braderies par an et en profite pour déstocker. Un événement dont le résultat habituellement équivaut, en une journée, au chiffre d'affaire mensuel qui atteint 100 000 euros ! Et en période de crise sanitaire, avec les pertes sur le dernier trimestre, toutes les ventes font du bien à l'entreprise.

 

Si pendant le confinement, la gamme premium printemps-été a souffert,  les chaussettes de fabrication française ont tout de même pu compter sur des clients qui ont privilégié l'achat local. La direction reste confiante pour l'avenir puisqu'en mai, lors du déconfinement, les commandes automne-hiver avaient pu être  distribuées à temps en France et à l'étranger, et les prises d'ordres pour la nouvelle collection 2021 s'avèrent pour l'instant meilleure que l'an passé. À condition bien sûr qu'il n'y ait pas un nouveau confinement d'ici fin décembre ou début d'année prochaine, en pleine période d'acheminent en France pour la grande distribution. Rappelons que cette dernière est le premier client de Bleuforêt et qu'un re-confinement serait aussi préjudiciable aux exportations. Les indicateurs pour l'instant sont plutôt positifs, et les 160 salariés du site de Vagney veulent y croire, avec la prudence qui s'impose.

Marie-Danièle Rogovitz

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire