Covid-19 : du personnel soignant s'étonne de l'absence de passerelle entre cliniques et hôpitaux publics

Publié le Vendredi 27 Mars 2020

Voici un extrait d'un courriel anonyme que notre rédaction a reçu ce vendredi :

"Je suis soignante à la Ligne Bleue et je vais être au chômage partiel parce qu'il n'y a je cite "pas assez de boulot". Des propos que j'ai du mal à accepter quand on voit les difficultés que traversent les hôpitaux publics actuellement... Moi et plusieurs de mes collègues avons cherché à voir si l'on pouvait proposer nos services au CHE Durkheim, ce qui nous a été refusé. Tout simplement scandaleux."

Contacté par nos soins, la direction du Centre hospitalier Emile Durkheim a tenu à apporter quelques précisions par rapport à la situation du moment : "il faut bien avoir conscience que nous avons préparé en amont cette crise sanitaire qui nous atteint aujourd'hui. Nous avons notamment triplé la capacité des lits de réanimation" nous a expliqué par téléphone Stéfan Haudry, le directeur adjoint de l'hôpital public spinalien.

"Nous avons également déprogrammé toutes les opérations non essentielles, ce qui engendre une certaine sous-activité dans certains services à ce jour. Donc effectivement nous ne manquons pas de personnel soignant à ce jour, ce qui n'est pas le cas pour les urgentistes ou les réanimateurs où là, nous sommes en tension. On espère avoir été pessimistes dans nos prévisions, mais qui peut dire quelle sera la hauteur de la vague?" se demande le cadre du CH.

"Pour l'instant, notre capacité d'accueil n'est pas saturée. Nous avons une cinquantaine de patients en réanimation, nous pourrons en avoir le double si nécessaire au moment du pic du Covid-19, dont personne ne sait quand il sera atteint. Nous travaillons en étroite collaboration avec Remiremont et la clinique de la ligne bleue qui accueille les urgences non vitales. C'est la situation d'aujourd'hui, mais demain peut-être ferons-nous effectivement appel à du personnel soignant du privé qui n'est pas employé. C'est une crise qui se gère au jour le jour et qui va sans doute encore durer un bon moment... "

J-F. Verrier

Photo : archives viàVosges

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire