Crise des urgences : les annonces ne convainquent pas

Publié le Mardi 10 Septembre 2019

La mobilisation  ne faiblit pas dans les service d'urgences du département au lendemain des annonces de la ministre de la santé. Les personnels des urgences des CH de Remiremont et de Neufchâteau ont d'ailleurs débrayé ce mardi midi.

Des annonces

Agnès Buzyn la ministre de la Santé et des Solidarités a annoncé ce lundi une série de 12 mesures pour répondre à la crise des urgences en France, qui a débuté il y a 6 mois. Elle veut mettre en place un pacte de refondation des urgences avec à la clé plus de 750 millions d'euros sur 3 ans.

340 millions d'euros devraient notamment être consacrés à la création d'un service d'accès aux soins (SAS) permettant d'orienter les patients 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 et ainsi éviter un engorgement dans les hôpitaux.

Pas assez

Des annonces qui ont rapidement fait réagir les syndicats. La CFDT Santé-Sociaux des Vosges dénonce des mesures qui ne répondent pas aux réalités des besoins humains et matériels des territoires et des établissements.

Le syndicat exige davantage de personnels, l’augmentation des salaires, des ouvertures de lits et un financement des établissements adapté et ajoute que sans des moyens concrets, l’Agence Régionale de Santé et le gouvernement prendront la responsabilité de voir le mouvement de contestation continuer et s’étendre à l’ensemble de la fonction publique hospitalière !

Anne Didier

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire