Demandez le programme de ce vendredi, Chiche Capon, Cheikh Lo et Melingo !

Publié le Jeudi 22 Décembre 2016

Vendredi à 20h50, CHICHE CAPON : LA 432

Un spectacle intelligent pour ceux qui ne veulent pas réfléchir

Les Chiche Capon sont fous, de cette folie communicative qui emporte les spectateurs avec elle. Clowns sous acide, burlesques et déjantés, ils dédient leur 4ème spectacle à la musique. C’est le LA 432.
Partant du principe que L’Echo du Big Bang est un LA 432, fréquence qui sert de base d’accord à tous les musiciens, on peut donc dire que l’univers s’est formé en musique.

Il y a le petit chef mégalo et autoritaire, l’ingérable prêt-à-tout en perruque blonde, le géant maladroit et long à la détente, et enfin le vrai musicien, qui tente vainement de cadrer ses trois acolytes fous furieux.

Ainsi nous voilà entraînés dans un voyage musical planétaire.
Tout d’abord, dans l’univers théâtral normatif, défile une panoplie de personnages modelés par leur culture, allant du nord-américain toujours à la conquête de ses terres, à l’hindou surexploitant sa fibre sentimentale, en passant par le jazzman surjouant sa performance, le slammeur adepte de pataphysique et enfin LE chanteur de charme…

Et puis, afin d’aller au bout du parti pris musical, les Chiche Capon poursuivent le voyage en formant un véritable groupe de musique : ils ne sont pas vraiment musiciens, et tant mieux, leur message n’en résonne que davantage.

Comme à chaque spectacle du quatuor, à l’image d’un bon cartoon rempli de gags, rien ne va comme prévu dans l’histoire des Chiche Capon, et chaque évènement accidentel leur rappelle de façon récurrente, leur tendance universelle à l’entropie, la grande équation de l’univers, la dynamique du désordre et du déséquilibre…

Entre parodie burlesque de Bollywood et odyssée galactique, les Chiche Capon promettent l’impossible ; dans un Big Bang théâtral sans pareil, ils ont la crétinerie flamboyante, contagieuse et totalement assumée.

Vendredi à 22h50 : CHEIKH LO

Cheikh Lô est né au Burkina Faso de parents sénégalais, toute sa vie a ensuite été marquée par les voyages. Il n'est donc pas étonnant que l'artiste milite pour une musique qui, comme lui, dépasse les frontières. Pour porter ce message, Cheikh Lô télescope les genres et les langues. Wolof, anglais, dialou, français... mbalax, pop, reggae, funk... tous se côtoient. Celui qui fut le protégé de Youssou N'Dour chante ainsi pour une Afrique unie et démocratique.

L'album Balbalou, sorti l'an dernier, ne fait pas exception à cette règle. On peut même y entendre les contributions de la brésilienne Flavia Coelho, de la malienne Oumou Sangaré ou encore du franco-libanais Ibrahim Maalouf. Un bel exemple de métissage et d'ouverture au monde.

Vendredi à 00h55 : MELINGO

Daniel Melingo est la voix des bas-fonds de Buenos Aires, l'ambassadeur des laissés-pour-compte. L'argentin nous invite dans un univers à la fois décati et enjoué, canaille et mélancolique. Un tango plein de contrastes, traversé par moments par sa voix si particulière. Lors de ces prises de paroles, le musicien se transforme en conteur. Et des histoires, Melingo en a des tonnes à raconter. Sa vie a en effet été marquée par la dictature militaire, l'exil à l'étranger, la révolte par le rock, la Movida espagnole...

En 2004, Melingo rejoint Mañana, le label d'Eduardo Makaroff du Gotan Project. Il atteint alors une reconnaissance internationale. L'argentin rouvre cette année son cabaret imaginaire avec Anda, un tout nouvel album qui devrait aller comme un gant au Théâtre des Bouffes du Nord.

Voir la grille des programmes

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire