Déplacer la gare de l’Est : «un non-sens économique» pour certains, «pas de différence notable» pour d’autres

Publié le Mardi 28 Janvier 2020

Dans le Journal du dimanche, Benjamin Griveaux, le candidat LREM à la mairie de Paris, a dévoilé un de ses projets phares en matière d’urbanisme et de verdissement de la capitale : déplacer la gare de l’Est à proximité de la porte de la Villette, remplacer les voies à l’arrière de l’actuelle gare par un parc arboré, et réaffecté le bâtiment classé de la gare. Une proposition qui dépuis dimanche fait beaucoup réagir.

Ce lundi, les conseils régionaux d’Ile-de-France et du Grand Est (respectivement présidés par les LR Valérie Pécresse et Jean Rottner) ont réagi dans un communiqué commun : « Depuis plusieurs décennies, les pouvoirs publics se sont efforcés de mailler  le territoire avec des infrastructures de transports ferroviaires afin de faciliter les déplacements entre les Régions et les autres pays européens. (…) Délocaliser la Gare de l’Est en périphérie relève d’une parfaite méconnaissance de la réalité des transports mais aussi d’une totale indifférence pour les territoires de banlieue et les habitants du Grand Est. (…) La transférer en banlieue serait un non-sens économique, une aberration pour des milliers de voyageurs et une vraie faute politique tant elle irait à l’encontre d’échanges facilités avec nos voisins. Quel mépris par ailleurs pour les habitants de banlieue et ceux de l’Est qui n’auraient plus d’accès direct au cœur de Paris. Quel gâchis, alors même que l’Etat et les collectivités ont dépensé plus de 3 milliards d’euros pour la création de la LGV Est afin de raccorder Paris à Strasbourg en un peu moins de 2 h contre 4 h initialement. (…) Une opération d’une telle ampleur coûterait des milliards d’euros. On ne peut qu’être dubitatif face aux annonces de Benjamin Griveaux qui espère faire financer un tel projet pharaonique, qu’il estime à seulement 1,5 milliard d’euros, par du mécénat privé. A ce prix-là, pourquoi ne pas plutôt couvrir les voies ferrées et le périphérique avec de grands espaces verts ? Une idée moins coûteuse et moins hasardeuse. (…) Paris mérite mieux qu’une partie de Monopoly où les Gares seraient des enjeux électoraux.

L’un des membres de l’équipe de Benjamin Griveaux, Antoine Pellion, ex-conseiller transports d’Emmanuel Macron, a précisé à nos confrères de L’Est républicain que ce projet « n’était pas une lubie ou une passion soudaine pour l’écologie d’un postulant LREM. En délocalisant la gare intra-muros, à la Villette, on resterait à six minutes de la gare actuelle en transports en commun. Il n’y aurait donc pas de différence notable pour les voyageurs venant de l’Est de la France. Ils continueront de bénéficier des  avantages des lignes LGV.

Ludovic Bisilliat, photo Wikipédia

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire