Double infanticide de Neufchâteau : ouverture d'une information judiciaire

Publié le Jeudi 28 Mars 2019

Le Procureur de la République des Vosges, Nicolas Heitz, faisait le point devant la presse ce jeudi après-midi pour faire part des derniers éléments fournis par l'enquête, à propos du double infanticide de Neufchâteau. Une information judiciaire pour meurtres sur mineurs de moins de 15 ans a été ouverte.

Le drame s'est déroulé mercredi dernier, à Neufchâteau. Une mère de famille âgée de 35 ans a alerté les secours à 22h54 pour signaler la mort de ses deux enfants. Arrivés sur place accompagnés d'une équipe du SAMU, les secours ont découvert le corps sans vie de deux enfants, une fille âgée de 4 ans et un garçon de 10 ans, enroulés dans des couvertures. La mère prostrée, présentait des blessures aux bras et à l'abdomen, et disait vouloir mourir. Après avoir été placée en garde à vue quelques heures par la brigade de Neufchâteau, la mère des enfants a été conduite en unité psychiatrique à Ravenel, pour une hospitalisation d'office.

Ouverture d'une information judiciaire

Dans ce dernier compte rendu devant la presse, le Procureur de la République annonce l'ouverture d'une information judiciaire suite à une flagrance criminelle sur mineurs de moins de 15 ans. L'autopsie des corps, réalisée à Nancy, a permis de confirmer que le décès des enfants est dû à plusieurs coups de couteaux. Des analyses toxicologiques, dont les résultats ne sont pas encore déterminés, permettront d'établir si les deux enfants étaient sous l'emprise de médicaments.

 Une expertise psychiatrique est requise

Pour l'heure, l'enquête suit son cours. Les membres de la famille élargie, l'entourage du père, de la mère et plus globalement toutes les personnes ayant été en relation récente avec la famille ont été entendus. La mère en revanche, principale suspecte, ne peut pas être entendue tant qu'elle sera hospitalisée sous contrainte. Le Magistrat Instructeur a ainsi requis l'expertise d'un psychiatre renommé, afin de déterminer si le discernement de la mère était aboli ou altéré au moment des faits. De cette expertise dépendra le passage devant les Assises ou non de l'auteure présumée.

 

Le Procureur appelle à la responsabilité et à l'éthique de chacun

Nicolas Heitz en a profité pour rappeler que la famille était en deuil et qu'il était impératif d'éviter la propagation d'informations fausses ou inexactes. Il confie avoir rencontré le père de famille pour lui faire part de sa compassion. Dans le cadre de l'ouverture de cette information judiciaire, ce dernier pourra se constituer partie civile et avoir accès au dossier par l'intermédiaire de son avocat.

 

Pour l'heure le Procureur ne souhaite pas divulguer d'informations supplémentaires et garde quelques éléments du dossier sous couvert du secret de l'enquête judiciaire. Il a confirmé que l'enquête, très complexe, promettait d'être longue.

 

Anaïs Gall

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire