Elections régionales : les têtes de liste de La France insoumise et du Parti communiste

Publié le Lundi 8 Février 2021

Les élections régionales étaient initialement prévues les 14 et 21 mars prochains mais ont été repoussées en juin à une date qui devrait être déterminée en avril.
Mais on connaît d’ores et déjà les têtes de liste du Parti communiste français (PCF) ainsi que les chefs de file de La France insoumise (LFI), non pas présentés comme des têtes de liste mais comme ''personnes en charge des négociations avec les autres appareils politiques''.

LFI : Caroline Fiat et Jean-Marie Brom


Caroline Fiat, aide-soignante, est députée de Meurthe-et-Moselle (circonscription de Pont-à-Mousson) depuis 2017, membre de la commission des affaires sociales.
Jean-Marie Brom est directeur de recherches au CNRS en physique des particules et chargé des cours de l’Université de Haute Alsace sur l’énergie (cycle économie sociale et solidaire), membre  d’Europe écologie Les Verts de 1986 à 2014, et la France Insoumise depuis sa création en 2016. Il a  été conseiller municipal de Strasbourg de 2001 à 2007, candidat aux élections législatives en 2017 et candidat aux européennes 2019 en pour la France insoumise.
‘‘L’urgence appelle à un bouclier social et sanitaire’’ est-il pécisé dans un communiqué, ‘‘à la bifurcation écologique pour sauver notre écosystème et créer de nouveaux emplois, et à la démocratisation de nos collectivités territoriales pour en faire de véritables outils de l’émancipation populaire. Nos chef.fes de file porteront au plus haut ce programme et désirent rassembler toutes les forces qui souhaiteront se fédérer autour de ces causes communes’’.



PCF : Hülliya Turan et Bora Yilmaz


Hülliya Turan est secrétaire départementale du PCF Bas-Rhin et adjointe à la maire de Strasbourg.
Bora Yilmaz est secrétaire départemental du PCF Meurthe-et-Moselle et adjoint au maire de Nancy.

 



‘‘Les élections régionales de 2015 ont été une catastrophe politique et démocratique dans notre région’’ précise également un communiqué. ‘‘L’absence d’un projet ambitieux à gauche pour la grande région, doublée d’une division des forces, avait alors contribué à une démobilisation de l’électorat de gauche. (…) Dans le Grand Est, plusieurs initiatives et démarches politiques sont en cours. Le pôle écologiste appelle au rassemblement derrière sa tête de liste. Les maires de Strasbourg et Nancy, deux grandes villes de la région dirigées par de nouvelles équipes de gauche, écologistes et citoyennes, rassemblées dans leur diversité, invitent de leur côté à l’union. Une démarche est également portée par les socialistes de la région. Et puis ‘‘L’Appel inédit’’ impulsé par Aurélie Filippetti, Caroline Fiat et Pernelle Richardot propose une démarche de rassemblement de toutes les forces.
Mais à ce jour, ces dynamiques peinent à converger. Cette dispersion est incompréhensible et démobilisatrice. (…) Nous partageons la conclusion de ‘‘L’Appel inédit’’ qui porte l’ambition d’une liste unique rassemblant toutes les forces de gauche, écologistes et citoyennes. Mais nous considérons qu’un appel de personnalités seul n’est pas suffisant pour permettre ce rassemblement qui doit articuler union des forces politiques organisées et dynamiques citoyennes autour d’un projet ambitieux pour la région. Aussi, nous poursuivons les discussions engagées avec Europe écologie les Verts et les socialistes de la région, comme avec Place publique, Génération.S et la France insoumise pour parvenir à un accord et construire ensemble une liste de gauche, écologiste et citoyenne’’.

Ludovic Bisilliat

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire