Les élus mobilisés contre le projet de fermeture de la maternité de Remiremont

Publié le Mercredi 1 Février 2017

La perspective de fermeture de la maternité de Remiremont d'ici 2020, au profit de celle d'Epinal, recommandée par l'ARS, l'agence régionale de santé, en décembre dernier ne convainc décidément pas. Le "projet médical partagé" est "incompréhensible" pour les élus du secteur et de la Haute-Saône ainsi que pour les représentants de l’association de soutien à la maternité de Remiremont (ADEMAT), présents lors d'une réunion organisée en mairie de Luxeuil vendredi 27 janvier.

(Photo : Elus et représentants de l’association de soutien à la maternité de Remiremont)

Pour rappel, en 2016, 765 accouchements ont été pratiqués à Remiremont dont 20 % de patientes venues de Haute-Saône. A l'hôpital d'Epinal, on en compte environ 540.

Jean Hingray, le maire de Remiremont a réaffirmé lors de cette réunion, "ses inquiétudes quant aux conséquences du  « projet médical partagé », du « projet médical commun », que l’on nous impose et qui vise, à l’appui d’arguments contradictoires, voire erronés, à justifier la fermeture de la maternité de Remiremont au profit de celle du futur hôpital d’Epinal."

(Photo: Jean Hingray, maire de Remiremont)

Il poursuit : "les conclusions du-dit projet, nous ne les partageons pas car elles sont motivées par la seule volonté de concentrer sur le seul chef lieu du département l’offre et l’accès aux soins en chirurgie gynécologique, en cancérologie, en néonatologie et en pédiatrie : secteurs où la maternité de Remiremont est de longue date reconnue pour son expertise et la qualité de ses soins."

Et enfin, Jean Hingray campe sur ses positions et rappelle qu'il n'est nullement lié par les engagements qu’ont pu prendre ses prédécesseurs.

 - Il ne validera pas ce projet où l’intérêt des patientes est bafoué au profit d’intérêts financiers.
- Il ne validera pas ce projet qui va créer un désert médical sur un bassin de vie qui s’étend du sud d’Epinal au Nord de la Franche-Comté.
- Il ne validera pas  ce projet qui, à terme, sacrifiera le secteur médical public au profit du secteur privé.

 

(crédit photos  : mairie de Remiremont)

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire