Gilets jaunes : Jean-Thierry Grimm ne veut porter aucune étiquette politique

Publié le Jeudi 20 Décembre 2018

L'élection de Jean-Thierry Grimm comme l'un des porte-paroles départementaux du mouvement des gilets jaunes est contesté par certains manifestants, notamment du côté de Golbey et Chavelot. Ces derniers accusent Jean-Thierry Grimm d'être porteur d'une étiquette politique, celle du Rassemblement National.

Suite aux élections qui se sont déroulées jeudi soir à Jeanménil au sein des gilets jaunes, deux représentants ont été désignés comme porte-paroles départementaux du mouvement : Hervé Thomas (secteur de Saint-Étienne-les-Remiremont) et Jean-Thierry Grimm (en photo ci-dessus). L'élection avait d'ailleurs été vivement contestée par certains membres des gilets jaunes notamment à Golbey et Chavelot, qui estiment ne pas avoir été consultés pour ce vote. Ces derniers disent aujourd'hui ne pas reconnaître la légitimité du statut de représentant qui a été conféré aux deux hommes. Surtout Jean-Thierry Grimm qui est dénoncé pour son passé politique, à savoir ancien militant du Front National et ex-membre du département protection sécurité, le service d'ordre du parti d'extrême droite.

Pas d'étiquette politique !

Contacté par téléphone, Jean-Thierry Grimm nous a confirmé l'exactitude de ces propos mais assure avoir raccroché sa carte de membre il y a plusieurs années, lors de l'épisode des désaccords entre Marine Le Pen et son père. "J'estime que chaque citoyen a le droit d'avoir ses idées politiques" affirme t-il. Malgré tout, il souhaite calmer les inquiétudes : "Je ne suis pas là pour représenter tel ou tel parti, je représente les gilets jaunes sans étiquettes".

Anaïs Gall

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire