Grand-Est : Un défi pour inciter à utiliser des modes de transports plus verts

Publié le Jeudi 27 Août 2020

« J’y vais ! » : Le défi soutenu par l’ADEME, l’agence de la transition écologique, est organisé du 14 au 27 septembre dans 24 territoires du Grand-Est. Le but ? Inciter “un maximum de salariés et d’élèves à se rendre sur leur lieu de travail ou de scolarité grâce à des modes de déplacements alternatifs à l’automobile". Vélo, marche, transports en commun ou encore covoiturage, permettraient de réduire notre empreinte carbone.

Là est la priorité de l’ADEME, qui souhaite sensibiliser les populations tout en améliorant la qualité de l’air. 

Trois défis sont proposés :

Le défi « Au boulot, j’y vais à vélo ! » (ouvert à l’ensemble de la région Grand-Est) : ce défi « historique » comptabilise spécifiquement les déplacements à vélo ou vélo à assistance électrique. 

Le défi « Au boulot, j’y vais autrement ! » (ouvert dans quelques départements) : ce défi prend en compte les déplacements à vélo, à pied ou en trottinette, en transport en commun, en covoiturage ou en équipement de déplacement personnel motorisé (trottinette électrique, monoroue, …). 

Le défi « A l’école, j’y vais à vélo ! » (ouvert dans quelques départements) : ce défi comptabilise le nombre d’élèves et de personnels des établissements scolaires (école, collège, lycée) venant à vélo ou en modes actifs (vélo, marche, trottinette non-électrique, ...).

Les entreprises et établissements comptant au moins trois salariés peuvent y participer. De même que les groupes de trois personnes (amis, famille, etc). “Le principe est de comptabiliser pendant la période du Défi le taux de participation (nombre de participants, nombre de jours de participation) et les kilomètres parcourus à vélo ou avec des modes alternatifs à la voiture individuelle de son domicile à son lieu de travail ou de scolarité.” 

À savoir que les kilomètres parcourus durant ce défi auront une dimension solidaire. 0.02 € seront reversés par kilomètre à vélo et 0.01 € par kilomètre pour les autres modes. Au vu de la crise sanitaire, les fonds seront reversés au Groupement Hospitalier de la Région de Mulhouse Sud Alsace.

Amélie Pérardot (avec communiqué).

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire