Hôpital Épinal : après 4 agressions de nuit, le personnel des urgences réclame un agent de sécurité

Publié le Vendredi 2 Août 2019

Ce vendredi matin le piquet de grève des urgences a été réactivé au CH Émile Durkheim d'Épinal, suite à 4 agressions sur 4 agents du service, lors de 4 nuits différentes. Aujourd'hui le personnel des urgences réclame la présence d'un agent de sécurité toutes les nuits de la semaine pour faire face aux incivilités. Ils ont provoqué une rencontre extraordinaire avec la direction de l'hôpital pour aborder la question.

Le problème des agressions aux urgences ne date pas d'hier. Mais dans un contexte tendu de grève nationale, c'est en quelques sortes la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Insultes, crachats, coups... C'est ce à quoi ont eu droit cette semaine plusieurs membres du personnel des urgences au Centre Hospitalier d'Épinal. Certains sont même en arrêt de travail, fragilisant davantage l'équilibre du service.

Suite à ces récentes agressions les syndicats et certains membres du personnel des urgences ont rencontré ce vendredi matin le directeur adjoint de l'hôpital afin de rappeler l'une de leurs principales revendications : celle d'obtenir la présence d'un agent de sécurité toutes les nuits de la semaine, voire même 24 heures sur 24 dans le service. Pour le moment seules les nuits de week-end et veilles de jours fériés sont concernées, ce que déplorent les syndicats. Il rappelent qu'aujourd'hui, ces faits de violences se produisent quotidiennement, indifféremment du calendrier. Une revendication que la direction avait jusque là refusé mais qu'elle dit devoir reconsidérer suite à ces faits. Le directeur de l'hôpital Éric Sanzalone, absent lors de cet échange, a quant à lui assuré qu'il irait dès lundi à la rencontre du personnel des urgences dans le service.

Ne manquez pas notre reportage complet ce vendredi soir, à 18h dans votre journal.

Anaïs Gall

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire