Hyperurbanisation : le maire de Gérardmer porte plainte pour diffamation

Publié le Mercredi 10 Juin 2020

On se souvient que fin mai, et quelques mois après sa création, l'association "Gérardmer Patrimoine Nature" profitait du déconfinement pour relancer ses actions contre l'hyperurbanisation dans la Perle des Vosges. Le collectif compte désormais 145 adhérents dont 4 architectes. 

Jusqu'ici, pas vraiment de problème, chacun ayant évidemment le droit de défendre ses opinions. Mais récemment, le ton est monté et le maire de Gérardmer, Stessy Speissmann a décidé de porter plainte pour diffamation. Il s'en explique dans un communiqué. Extraits :

« L’association GÉRARDMER Patrimoine Nature a organisé le 26 mai dernier une conférence de presse au 14 avenue de la Ville de Vichy au cours de laquelle en introduction elle laisse croire qu’elle « rêve d’un échange constructif avec la Municipalité ».

Comment ne pas réagir à d’aussi belles intentions lorsque la veille même l’un des membres fondateurs de l’association m’écrit, je cite « Serions-nous dans un pays mafieux », m’accusant « d’organiser la vengeance », de passer « à l’action sournoisement », forcément « de ne pas avoir eu le courage de changer le Plan Local d’Urbanisme pour empêcher les constructions sur le terrain à côté de l’hôtel » et de conclure « qui magouille ? ». 

C’en est trop de ce double discours et de ses propos diffamants, visant à salir mon honneur, que je défendrai en déposant plainte. Ce n’est d’ailleurs pas le seul courrier à m’être adressé sur le même ton par des membres de l’association. On peut ne pas être d’accord, sans pour autant que la politesse et la courtoisie  soient absentes du débat. (...)

Un autre sujet de divergence : celui du refus de la Commune  d’attribuer une subvention à GÉRARDMER Patrimoine et Nature. Comment attribuer une aide publique dans de telles circonstances de mépris ? Ma décision de refus est confortée. Ma première motivation se rapportait à l’objet même de l’association et notamment à celui qui consiste à « assister la mise en place d’une police des travaux dans la Commune et à vérifier la conformité et la faisabilité des projets de construction ». On suppose donc que certains membres de l’association iraient sur les terrains privés vérifier la conformité des constructions aux autorisations accordées ? Quelle légitimité ? Cette compétence relève du pouvoir et de la responsabilité de la Commune, qui l’assume, n’en déplaise à l’association.

Y aurait-il d’un côté les sachants et de l’autre les magouilleurs, les lâches… c’est en tout cas ce que martèle GÉRARDMER Patrimoine Nature. (...)

Je ne pouvais passer sous silence les méthodes de certains qui sont indignes d’un débat constructif. Je le répète, je suis, comme je l’ai toujours été, tout à fait ouvert à la discussion sur tous les sujets de l’activité municipale y compris l’urbanisme, pourvu qu’elle se fasse dans le respect des uns et des autres ».

Anthony Sap

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire