Les jeunes ménages du Grand Est touchés par la pauvreté

Publié le Jeudi 18 Avril 2019

D'après une étude publiée par l'INSEE ce jeudi matin, la pauvreté des jeunes ménages de moins de 30 ans touche 100 000 personnes dans le Grand Est, dont 32 000 enfants. Des chiffres, plus importants dans la région qu'au niveau national.

Dans le Grand Est 24,8% des ménages dont les parents ont moins de 30 ans sont considérés comme pauvres, contre 22,8% en France métropolitaine. Et cela concerne davantage les jeunes familles monoparentales : la moitié d'entres elles sont pauvres lorsqu'elles comptent un enfant, tandis que deux tiers d'entre elles le sont lorsque la famille monoparentale compte deux enfants. Une tendance d'autant plus marquée dans certaines zones de la région, comme la Communauté d’Agglomération de Saint-Dié-des-Vosges par exemple, mais également celles de Troyes Champagne Métropole, de Forbach Porte de France, d'Ardenne Métropole (Charleville-Mézières) et les Communautés de Communes de Freyming-Merlebach et du Territoire de Lunéville, à Baccarat.

La pauvreté liée à la désindustrialisation

Dans son étude, l'INSEE précise que "Les anciens territoires industriels sont emblématiques des liens entre chômage, parentalité isolée et pauvreté des jeunes." Ainsi, la non-insertion sociale et la pauvreté sont souvent liées et plus marquées dans la Région Grand Est qui a subit une forte désindustrialisation. Dans certains cas toutefois, le lien entre chômage et pauvreté est plus difficile à établir, comme par exemple dans la Communauté de Communes de Rambervillers, où les jeunes pauvres sont plus nombreux, malgré une non-insertion sociale plus mesurée. D'après l'INSEE, cela s'explique par la reproduction sociale de la pauvreté, les jeunes parents ne pouvant pas bénéficier du soutien de leurs parents, eux-mêmes en situation précaire.

Du fait des conditions parfois difficiles liées à l'emploi, les anciens territoires industriels sont également sujets à une baisse de la population dans certains départements. Par exemple depuis 2016, les Vosges voient 0,5 % de leur population quitter le territoire chaque année. Soit 1805 personnes par an.

Anaïs Gall

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire