Manif régionale des gilets jaunes samedi à Epinal : des condamnations et une enquête qui se poursuit.

Publié le Mardi 8 Janvier 2019

Le procureur de la République avait souhaité que les premières condamnations tombent au plus vite. Pressenties pour ce mardi, des comparutions immédiates ont finalement eu lieu lundi en fin d'après-midi devant le tribunal correctionnel d'Epinal. Les 3 hommes interpellés samedi ont été jugés pour des faits de violence sur personnes dépositaires de l'autorité publique (des jets de projectiles sur la police en l'occurrence).

Un Vosgien de 28 ans, qui a reconnu et regretté les faits, expliquant qu'il avait agi sous l'emprise de l'alcool, a été condamné à 6 mois d'emprisonnement avec sursis. Les deux autres mis en cause, originaires de Belfort et de Lunéville, qui portaient des masques lors de la manifestation, ont eux nié les faits. Le tribunal les a reconnus coupables et condamnés à 6 mois d'emprisonnement dont 2 mois fermes, sans mandat de dépôt. Des peines assorties d'une inéligibilité de 5 ans et de l'interdiction de port d'armes pour la même durée.

L'enquête elle se poursuit. Joint par nos soins, le procureur Nicolas Heitz nous a appris que le SRPJ de Nancy intervenait en renfort spécifiquement sur la recherche des auteurs du renversement et de la dégradation de la voiture de police, une image qui a marqué les esprits lors des scènes d'émeutes dans les rues d'Epinal en fin de manifestation. L'enquête de flagrance concerne aussi les dégradations des vitrines des deux banques rue Léopold Bourg, ainsi que celle de l'enseigne Mise au green. "On espère boucler vite et bien ces recherches pour condamner fermement les auteurs" a conclu le chef du parquet spinalien.

 Jean-François Verrier

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire