Nappe GTI Vittel : le procès de la conseillère départementale Claudie Pruvost reporté au 15 septembre 2021 !

Publié le Mercredi 9 Décembre 2020

L'affaire remonte à octobre 2016, lorsque Claudie Pruvost, conseillère départementale des Vosges, avait été signalée au Parquet d’Épinal par l'association Anticor pour un éventuel « conflit d'intérêts » dans la poblématique de la nappe GTI à Vittel.

Rappelons qu'à l'époque, Claudie Pruvost était présidente de la CLE (la Commission Locale de l'Eau). Une association créée pour trouver une solution aux problèmes de gestion de la nappe phréatique GTI (Grès du Trias Inférieur) à Vittel. L'affaire opposait certains riverains et associations écologistes, à l'entreprise suisse Nestlé Waters à Vittel qui puisait dans la nappe pour répondre aux besoins de sa production, créant un déficit d'eau pour les communes environnantes.

Ce que lui reprochait l'association anti-corruption « Anticor », c'est que la conseillère départementale des Vosges soit non seulement présidente de la CLE, mais aussi l'épouse d'un cadre de l'entreprise Nestlé Waters à Vittel. Anticor avait alors effectué un signalement au Parquet d’Épinal pour un éventuel conflit d'intérêts.

Après plusieurs mois d'enquête et un transfert du dossier au Parquet de Nancy, la justice avait décidé de poursuivre Claudie Pruvost pour « prise illégale d'intérêts ». Le jugement devait être rendu ce mercredi 9 décembre par le tribunal correctionnel nancéien. Mais ce dernier a finalement décidé d'un report de l'audience au 15 septembre 2021, en raison de l'absence de l'avocat de la conseillère départementale, Claudie Pruvost.

Contacté par téléphone, l'administrateur d'Anticor, Marcel Claude, déplore « un jeu de la montre » à l'approche des élections. « Il semblerait que l'avocat de Claudie Pruvost ait été retenu par une autre affaire mais il ne s'est pas donné la peine de prévenir la partie adverse (NDLR : l'avocat d'Anticor) de son absence... Pourtant l'audience était fixée depuis juin dernier, il aurait pu s'organiser !  Notre avocat venait tout de même de Bordeaux pour y assister, ce n'est pas à côté. » s'indigne-t-il.

Affaire à suivre donc, en septembre 2021.

Photo tirée de nos archives.

Anaïs Gall

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire