Nappe GTI : le collectif Eau 88 saisit le Préfet des Vosges

Publié le Jeudi 7 Mars 2019

À l'issue des concertations publiques autour de la gestion des Nappes phréatiques GTI qui se sont achevées le 20 février dernier, le "Collectif Eau 88", qui rassemble des associations et des citoyens qui luttent contre l'utilisation industrielle de la nappe, vient de saisir officiellement le Préfet des Vosges.

Alors que les réunions de concertation publique dédiées à la gestion de l'eau dans les secteurs de Vittel et de Contrexéville ont pris fin il y a quelques jours, les associations de défense de l'environnement, réunies sous la bannière "Collectif Eau 88" s'insurgent. S'appuyant sur les conclusions d'une universitaire qu'ils ont sollicitée pour évaluer le processus mis en place lors de cette concertation, les associations pointent notamment le Conseil Départemental des Vosges du doigt, qu'elles accusent d'avoir manipulé l'opinion. "Nous dénonçons fermement la forme de concertation mise en œuvre par le CD88, qui a consisté à détourner le débat public au profit d’une opération de communication : Un seul objectif pour lui : faire valider la solution CLE !" s'exclame le président de l'association, Jean-François Fleck.

Rappelons que les ateliers de concertation publique visaient à confronter les citoyens du secteur, issus de tous horizons, à la problématique de la gestion de l'eau des nappes GTI, qu'ils estiment pour l'heure surexploitée.

Prochaine étape dans ce dossier très clivant, la réunion de la CLE (Commission Locale de l'Eau) le 18 mars à Epinal.

JFV, Anaïs Gall

Laissez nous un commentaire

1 Commentaire

DE VAUDICOURT
publié le 08/03/19 à 10h39
Il n'est pas besoin de sortir de l'ENA pour comprendre la stratégie du CD88 , qui par ailleurs n'a jamais été aussi homogène dans son inféodation idéologique , et cette réflexion est aussi applicable à d'autres niveaux de décisions ... Suivez ma pensée . Bref ! notre département fait allégeance aux puissances de l'argent . Non content de pomper le peu de fric dont disposent les moujiks , il faut qu' ILS (les décideurs) pompent ce qui nous reste encore et qui fait notre renommée qui se fossilise, à savoir l' EAU !