Opération "justice morte" au Tribunal de grande instance d'Epinal

Publié le Vendredi 30 Mars 2018

Comme dans de nombreux tribunaux en france, les audiences au TGI, le tribunal de grande instance d'Epinal ont toutes été renvoyées ce vendredi et l'activité du tribunal de commerce a également impactée par l'opération "justice morte". Cette journée de grève sera suivie la semaine prochaine par le report dans les Vosges de la session d'assises avant une mobilisation nationale le 11 avril.

 

Réunis en assemblée extraordinaire, le barreau des avocats d'Epinal et l'ordre des avocats vosgiens ont voté une grève perlée dès la semaine prochaine. Le monde de la justice est en ébullition, vent debout contre le projet de réforme actuellement soumis au Conseil d’Etat avant son examen en Conseil des ministres le 18 avril. A Epinal, un rassemblement avait lieu sur les marches du palais, côte à côte, avocats, magistrats et personnels greffiers.

Les doléances sont nombreuses, les manifestants voient dans les projets de textes une mort programmée de la justice. Sous couvert de simplifier les procédures, et de désengorger les tribunaux, ils parlent de "déjudiciarisation" en cours, avec la fusion des juridictions d'instance.

Pour le justiciable, au civil, la conciliation sera un préalable avant de pouvoir saisir un juge. Il y a aussi ce projet de créer des tribunaux criminels départementaux sans jurés pour certains crimes, dans les dossiers de viols et d'actes de torture et de barbarie notamment.

Pour les manifestants, ce sont des attaques portées à la justice de proximité et aux tribunaux populaires.  La garde des Sceaux a précisé que les textes pouvaient évoluer, les protestataires entendent bien eux durcir leur mouvement et faire reculer le gouvernement.

Marie-Danièle Rogovitz

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire