Pic de pollution atmosphérique : le Prefet lance des mesures d'urgence

Publié le Jeudi 25 Juillet 2019

L'association agréée de surveillance de la qualité de l'air ATMO Grand Est a déclenché ce jeudi une procédure d'alerte à la pollution atmosphérique dans le département des Vosges. Afin de réduire les émissions de polluants, le Préfet des Vosges vient de publier un arrêté préconisant quelques mesures à mettre en oeuvre pour diminuer le pic d'ozone.

Les mesures sont les suivantes :

  • Les sites responsables localement des émissions les plus importantes mettent en œuvre les dispositions prévues dans leur arrêté d'autorisation ICPE en cas d'alerte à la pollution de niveau 1 ;
  • Sur le réseau autoroutier et les routes à chaussées séparées, la vitesse maximale autorisée pour tous les véhicules est abaissée de 20km/h sans descendre en dessous de 70km/h. Pour les autocars et poids lourds (>3.5t) cette baisse de 20 km/h de la vitesse maximale autorisée ne s'applique pas sur les tronçons limités à 130km/h ;
  • Les contrôles de vitesse et anti-pollution sur route sont réalisés sur les axes concernés ;
  • Les collectivités ayant défini des plans d'urgence mettent en œuvre les actions les plus adaptées ;
  • Les temps d’entraînement et d’essais des épreuves de sport mécaniques (terrestres et aériens) sont réduits.

Si l'épisode de pollution devait se prolonger, ces mesures seraient renforcées dès ce samedi par les mesures suivantes :

  • La vitesse maximale autorisée pour les véhicules est abaissée de 20km/h sans descendre en dessous de 70km/h sur l'ensemble du réseau routier du département ;
  • Les sites industriels responsables localement des émissions les plus importantes mettent en œuvre les dispositions prévues dans leur arrêté d'autorisation ICPE en cas d'alerte à la pollution de niveau 2.

Les véhicules d'intervention d'urgence (pompiers, police, gendarmerie et SAMU...) ne sont pas concernés par les limitations de vitesse.

Ces mesures seront levées par le Préfet dès la fin de la procédure d'alerte à la pollution.

(Cf. communiqué préfecture)

Anaïs Gall

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire