Le président du GET Vosges prépare sa démission

Publié le Mercredi 10 Octobre 2018

Le comité directeur du GET Vosges annonce la démission du président du club, Frédéric Jeannerey. Ce dernier quittera son poste vendredi 12 octobre à minuit. Une assemblée générale extraordinaire permettra d'élire un nouveau président dans un délai maximum de trois mois.

La situation serait devenue difficile pour le club du GET Vosges. Toujours pas de victoire en N1 d'abord, depuis le début de la saison... Mais surtout une économie de plus en plus bancale, avec des budgets drastiquement réduits en un an (950 000 € en 2017-2018 pour 745 000 € en 2018-2019). Alors que les critiques commencent à pleuvoir sur l'entraîneur de l'équipe, c'est le président du club, Frédéric Jeannerey, qui serait dans le collimateur de certains membres du comité directeur. En cause : une ambiance devenue pesante au GET depuis que les relations entre le président et une partie du club se sont dégradées... Mais surtout une mésentente entre Frédéric Jeannerey et les élus locaux, devenue presque handicapante pour l'avenir du GET Vosges.

Une démission presque forcée

Mardi soir, le comité directeur annonçait ainsi la démission de Frédéric Jeannerey, via la page Facebook du GET Vosges. Une annonce corroborée par le président lui-même dans la lettre qu'il a adressée ce mercredi matin aux licenciés, parents et partenaires. Dans le courrier, il assure prendre cette décision à regret et avec beaucoup d'émotion, mais que la raison de cette démission est « toute personnelle et réfléchie ». Un départ, presque forcé, puisque le comité de direction aurait demandé au président de quitter ses fonctions. F. Jeannerey dit accepter cette requête car il « ne veut pas prendre le risque de fragiliser davantage le club ». En effet, le président du GET espère que sa démission sonnera comme un appel à la sphère politique locale, sans qui le club ne peut subsister.
Le départ du président actuel devrait être effectif vendredi à minuit. Ensuite, conformément aux statuts, le club aura un à trois mois pour convoquer une assemblée générale extraordinaire afin d'élire un nouveau président.

Anaïs GALL

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire