Le président des antiquaires vosgiens écrit au ministre de l'économie

Publié le Mercredi 22 Avril 2020

Confinement oblige, pas de salon, pas de brocante et un chiffre d'affaire en berne. Face à ce constat, le président du syndicat des antiquaires et des brocanteurs des Vosges, Lionnel Pagliarin, a décidé d'écrire au ministre de l'économie et des finances, Bruno Le Maire, pour l'alerter sur la situation :

Monsieur le Ministre,
Je suis Président du Syndicat des Antiquaires et Brocanteurs des Vosges et je me permets de vous interpeller concernant notre profession. Nous sommes Antiquaires ou brocanteurs et confinés comme tout le monde depuis le 17 mars et cela est tout à fait normal pour le bien de tous.

Le Président de la République lors de sa dernière allocution a émis la possibilité d’un déconfinement à partir du 11 mai et a interdit toute manifestation jusqu’au 15 juillet.

Une majorité de mes confrères ainsi que moi-même avons besoin de faire des salons ou des brocantes pour faire notre chiffre d’affaire. Ces manifestations sont notre survie à tous car même les propriétaires de magasin (- de 20 %) ont un besoin vital de ces salons.
Dans le cas où les rassemblements ne seraient pas autorisés au-delà du 15 juillet, il me semble que dans ces conditions nous nous retrouverions dans le même cas de figure que les restaurateurs, cafetiers, gros magasin et toutes les associations qui organisent des manifestations dans leurs villes.
Cela va être très compliqué pour la profession. Certains antiquaires ou brocanteurs vont se retrouver en grande difficulté.

A ce jour, une aide de solidarité COVID19 prévue pour les mois de mars et avril sera versée à ceux qui y auront droit et nous tenons à remercier l’Etat pour cette aide qui est primordiale pour les marchands, mais APRES ?

C’est pourquoi, chacun d’entre nous se posent beaucoup de questions :

- Comment allons-nous faire pour honorer nos factures si aucune manifestation n’est autorisée avant septembre, octobre, novembre voire décembre ?
En sachant que ces manifestations représentent pour la majorité des marchands 100% de leur chiffre d’affaire.

- Pour ceux qui possèdent un magasin et qui ne sont pas propriétaires, comment faire pour payer les loyers quand il n’y a plus de rentrée d’argent ?

- Comment faire pour régler les charges sociales, URSSAF etc… ?
(Le report de charges c’est bien, mais comment ferons-nous pour payer si nous n’avons plus de trésorerie et que l’argent ne rentre plus ?)

- Comment allons-nous faire pour régler notre taxe foncière des entreprises sans rentrée d’argent ?

- Concernant la retraite, comment faire pour valider nos trimestres concernant cette période de CODIV19 alors que l’activité a cessé ?

- Dans mon cas personnel, je viens d’annuler 10 manifestations sur 21 pour l’année, comment faire pour palier à ce manque de rentrée d’argent ? sachant qu’une grosse partie de ces salons font partie de mon chiffre d’affaire de l’année !

- Comment allons-nous faire pour SURVIVRE tout simplement ?

Notre profession est essentiellement composée d’indépendants. A l’heure actuelle nous sommes en grand danger, beaucoup d’entre nous vont se retrouver sans rien et probablement mettre la clé sous la porte.

Dans ce métier, nous sommes obligés d’aller travailler sur plusieurs départements pour rentrer de l’argent afin de régler nos factures comme l’URSSAF par exemple, c’est grâce à ces déplacements que nous faisons notre chiffre d’affaire de l’année. Sans ces manifestations notre métier n’existe plus.

Je vous écris pour que nous ne soyons pas les oubliés de cette crise sanitaire qui est un « tsunami » pour notre profession.

Je vous saurai gré de bien vouloir m’éclairer sur ces questionnements de façon à pouvoir informer tous les acteurs de ma profession qui à l’heure actuelle sont dans la plus grande incertitude quant à leur avenir.

Je vous remercie de l’attention que vous porterez à ma requête et vous prie de croire, Monsieur le Ministre, à mon plus profond respect.

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire