Stéphane Brogniart a traversé le Léman en quatre jours

Publié le Lundi 6 Mai 2019

Près de 35 heures de rame en quatre jours... succès de la traversée du Léman par l’ultra-aventurier vosgien Stéphane Brogniart, première phase préparatoire à sa Grande traversée du Pacifique sud en 2021 (projet Etarcos, page FB, notre reportage du 1er février dernier)

 

L’ancien ultra-traileur partait presque de zéro avant de s’attaquer à ce premier défi. Au-delà de l’aspect sportif, l’enjeu pour le Vosgien et toute son équipe était avant tout d’engranger un maximum d’expérience avant de partir au large de Brest en septembre pour le deuxième défi préparatoire. Affiner une multitude de détails techniques sur le bateau, tester le matériel, gérer toute l’organisation, la vie à bord et surtout appréhender le milieu marin.

Adaptation constante

 

Et le Lac Léman a été à la hauteur de sa réputation. Malgré une météo globalement favorable, les innombrables changements de vents n’ont pas facilité la tâche et ont demandé une adaptation permanente. Cet ''aviron océanique'' n’est pas conçu pour naviguer face à des vents contraires. Mais grâce à Claudie Pellegrino, gérante de Boat Services Léman au port d’Evian, et de sa science du terrain, Stéphane a quasiment pu réaliser son objectif de ramer entre 8 et 12 h par jour. Seule la journée de jeudi n’a permis que 4 h de rame, ce qui est déjà physiquement éprouvant.

Promotion du sport santé

 

Et comme souvent depuis le début de l’aventure Etarcos, dont l’association a pour but de promouvoir le sport santé, ce fut l’occasion pour toute l'équipe de réaliser de nouvelles rencontres. Claudie Pellegrino donc, ainsi que sa fille Cindy, ancienne vice-championne de France et vice-championne de Suisse d’aviron. Egalement Didier Bovard, qui prépare la traversée de l’Atlantique en pédalo, et Jacques Valente, greffé du rein, qui a bouclé la Route du Rhum en 2018. Pierre Mastalski, parrain du projet et qui a traversé l’Atlantique à la rame en 2012, était également présent.

Ce fut aussi la possibilité d’innombrables échanges avec la population locale lors des différentes escales de Stéphane, et ainsi mesurer l’engouement et la popularité du projet.

 

(D'après communiqué)

 

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire