Stop Linky 88 réclame un débat national sur l’énergie et sur sa distribution

Publié le Lundi 11 Février 2019

Le collectif Stop Linky 88, mobilisé pour s'opposer à l'installation des nouveaux compteurs électriques communicants, indique ce lundi dans un communiqué de presse (communiqué rédigé par un groupe de collectifs répartis sur tout le territoire national) « que ces collectifs demandent, depuis le départ, que s’ouvre enfin un débat national sur l’énergie, sa production et sa distribution.

En effet, chaque citoyen(ne) doit pouvoir donner son avis sur les choix énergétiques et notamment sur le type de compteur électrique que nous aurons à utiliser. Dans cet esprit, un ''grand débat national'' couvrant tous les sujets de notre vie dans ce pays pourrait nous intéresser. Malheureusement, celui imposé par le pouvoir actuel présente toutes les caractéristiques d’une manipulation. (…) Nous refusons donc de participer à une telle mascarade. Nous appelons, en revanche, toutes et tous à s’inscrire dans les débats alternatifs organisés localement ou nationalement, comme le ''Vrai débat'' (https://le-vrai-debat.fr/, particulièrement sur le point 2, transition écologique et solidaire).

En effet, le moment historique que notre pays est en train de vivre met cruellement en lumière le déficit d’information et de réflexion collective qui ont prévalu en amont des décisions prises par les pouvoirs publics pour imposer le déploiement des compteurs d’électricité communicants de type Linky, au détriment de toute autre alternative.

Enedis veut nous imposer le remplacement des 35 millions de compteurs actuels par des Linky, grand gaspillage anti-écologique et délire technologique dont nous n’avons pas besoin.

Cette stratégie uniquement marchande vise à nous imposer, à terme, outre la collecte de nos données personnelles, sans respect de notre droit légitime à une vie privée, des consommations supplémentaires d’électricité au travers d’objets connectés et de voitures électriques particulièrement énergivores.

Par ailleurs, les technologies utilisées (ondes électro-magnétiques, courant porteur en ligne CPL, mobilisé en permanence à l’intérieur du foyer) n’ont pas fait l’objet d’évaluations en situation réelle par des organismes indépendants. Leur nocivité pour la santé et les appareils reste donc encore largement inconnue.

Enfin, la question de l’accès de toutes et tous à l’énergie est posée. Les premiers contrats

spécifiques au Linky montrent bien la logique purement libérale qui serait mise en oeuvre si le déploiement des Linky était achevé : selon que l’on est riche ou pauvre, l’accès en continu, et pour l’ensemble de nos besoins, serait plus ou moins limité.

En conséquence, nous appelons toutes et tous à contribuer aux débats alternatifs pour défendre un droit égal à l’accès à l’énergie, soucieux des contraintes écologiques et de défense de la santé de toutes et tous. »

 

 

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire