Usagers, départements et CESER ensemble pour défendre le rail

Publié le Vendredi 28 Septembre 2018

Plusieurs fédérations d’usagers des transports*, le CESER, conseil économique et social Grand Est et les présidents des départements de Meurthe-et-Moselle et des Vosges ont signé une motion ce jeudi à Nancy en faveur du rail.

 

Les signataires émettent leurs craintes notamment quant au changement de statut de la SNCF en une société anonyme à capitaux publics et l’ouverture à la concurrence en 2019 pour les trains régionaux (TER, Intercités,...) et en décembre 2020 pour les TGV « fait craindre certains aspects et peut se traduire en réalité par une vraie régression de la qualité du service public ferroviaire ».

La FNAUT, l'AUT Lorraine, le CESER Grand Est, les départements de Meurthe-et-Moselle et des Vosges préconisent une approche globale de la question, autour de trois axes forts (extrait de communiqué de presse) :

1. Réaffirmer l’impérieuse nécessité de désenclaver la métropole du Grand Nancy et le sud lorrain par le rétablissement d’une offre attractive de dessertes directes vers le Sud de la France, ainsi que le maintien et la revitalisation de lignes existantes, notamment Nancy-Epinal-Belfort, Epinal-Saint-Dié, Nancy-Vittel.

2. Réaffirmer la nécessité de réaliser la gare lorraine d’interconnexion sur le site de Vandières,
seul site lorrain où se croisent dans l’un des neuf corridors européens la LGV Est et le réseau
TER lorrain, permettant ainsi la connexion de l’ensemble des territoires lorrains avec le réseau national à grande vitesse et l’espace européen, ainsi que la connexion du réseau ferroviaire luxembourgeois à l’ensemble du territoire français.

3. Réaffirmer la nécessité de soutenir, au nom d’un aménagement équilibré du territoire, les
trains du quotidien, ces lignes régionales qui souffrent d’un sous- investissement chronique et donc d’un manque d’attractivité, de nature à accroître la fracture territoriale.

« Avec l’ouverture de la LGV Est 2 structurant l’axe Est-Ouest et la reconfiguration des dessertes
vers le Sud, la Lorraine en général, et le sud lorrain en particulier, sont les grands perdants de la
nouvelle offre SNCF » commentent les signataires qui craignent que « les conséquences de cet
enclavement, tant en matière de cohésion régionale et transfrontalière qu’en matière d’attractivité des territoires du sud de la Lorraine ».

Ils rappellent par ailleurs que dans le Grand Est, seule la Lorraine ne dispose pas d’une gare
d’interconnexion et que la Région « a pris toutes les mesures conservatoires nécessaires à la
réalisation de cette gare et que le financement est assuré ».

* la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (FNAUT) et sa délégation Lorraine (AUT Lorraine)

Laissez nous un commentaire

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire